Cafougnette in Amérique

Message d'erreur

  • Warning : simplexml_load_string(): Entity: line 1: parser error : Start tag expected, '<' not found dans soundcloudfield_field_formatter_view() (ligne 423 dans /home/cafougne/cafougnette/sites/all/modules/soundcloudfield/soundcloudfield.module).
  • Warning : simplexml_load_string(): {"version":1.0,"type":"rich","provider_name":"SoundCloud","provider_url":"https: dans soundcloudfield_field_formatter_view() (ligne 423 dans /home/cafougne/cafougnette/sites/all/modules/soundcloudfield/soundcloudfield.module).
  • Warning : simplexml_load_string(): ^ dans soundcloudfield_field_formatter_view() (ligne 423 dans /home/cafougne/cafougnette/sites/all/modules/soundcloudfield/soundcloudfield.module).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans soundcloudfield_field_formatter_view() (ligne 427 dans /home/cafougne/cafougnette/sites/all/modules/soundcloudfield/soundcloudfield.module).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans soundcloudfield_field_formatter_view() (ligne 428 dans /home/cafougne/cafougnette/sites/all/modules/soundcloudfield/soundcloudfield.module).

Cafougnette, i n’y a point longtemps,
A marié l’pus vieux d’ses infants, –
Adèle, eun’ belle et gross’ fille,
El pus arvénant’ del famille.

L’ jour del’ noc’ Cafougnett’ contint
Ed caser s’ fille core assez bin,
S’met à boir’ del bière à plein’ pinte –
Il in bot tant qu’i peut in printe.

Si bin qu’ quand l’ noc’ s’met à diner,
In comminche à peine à minger
Qué Cafougnette à déjà s’ cuite
Et s’ sin tout honteux dé s’conduite.

« Pou n’ point m’ faire r’ marquer, qu’ i s’ dit.
J’ m’ in vas m’ rétinte d’sus min lit.
J’ m’esquiv’ sans rien dire à personne :
In verra point qu’ j’ ai m’ pétit’ pronne. »

Mais Cafougnette est tell’mint saoul
Qu’i mont’ dins l’ chambr’ des jonn’s époux.
Il a tant bu qué s’ tiête all’ tourne :
I’n sait point pas dûss’ qu’i s’infourne.

Sur un biau lit tout préparé
Pour archévoir les jonn’s mariés,
Not’ saoûlot, tout habillé, s’ couche
Et ronfell’ bintôt à plein’ bouche.

Oui, mais v’là qué sus l’ cop d’ minuit,
Dins l’escalier in fait du bruit.
Cafougnette aussitôt s’ réville
Et vot qu’il est dins l’ chamb’ dé s’ fille .

In deux s’cond’s il est estampé.
Pou partir dins’ s’chambre à coté :
Mais, i peut point s’ sauver d’ la sorte…
Il intind les mariés à l’ porte.

Iou, iou, seigneur ! i s’ crot perdu.
I n’a qué l’ temps, pou n’ point êtr’ vu,
Dé s’sauver d’zous l’ lit au pus vite…
D’un seul bond i s’y précipite !

Il étot temps. Les deux jonn’ s gins
Vénottent s’ coucher justémint.
El marié dit à s’ pétiot' femme :
«  Adèl’, té sais combin qué j’ t’aime !

« Eh bin, prêt’ min tout t’ n’ attintion :
J’ voudros t’ poser eun’ grav’ question. –
— Démandez, qu’ all’ répond l’ pétite,
J’n’ ai rien à vous r’fuser, Polyte. »

— Bé , v’là c’ qué j’ ai à t’ démander :
D’ autr’s homm’s ont-ils pu t’ imbrasser ?
— Cha, ch’ est eun’ drôl’ question tout d’même
I n’y a faut qu’ vous, Polyt’, qué j’aime. »

— Ch’ est sérieux, réponds comme i faut :
Est-c’ qu’ in t’ a imbrassé quéqu’ fos ?
— Non… Ah ! si… pardon… Jé m’ rappelle…
Mais fauque eun’ fos, foi d’ vo n’ Adèle !

« Par un biau soir dins not’ gardin
J’ai r’ chu quéqu’s baisers à m’ cousin.
— Eh bin, Adèl’ pour vous bernique !
D’ main, j’ m’ imbarqu’ seul pour l’Amérique… »

L’ pauv’ femme in intindant ces mots,
S’ met à crier, à braire à flots,
Quand, tout à coup, l’ femm’ Cafougnette
Rint’ din l’ chambre et d’ mand’, toute inquiète :

« Bé ! queu nouvell’ ? Qu’ est-ce qu’ il y-a chi ?
Vous fait’s l’infer dins l’paradis !
Vous êtes montés d’pus eun’ minute,
Et j’ intinds déjà qu’ in s’ dispute. »

— Oui, répond l’ jonn’ femme in brayant…
Pinsez comme m’ n’ homme est méchant :
I m’ arproch’ deux ou tros pétiot’ s baisses
Qu’é m’ cousin m’ a fait dins m’ jeunesse…

«  Mi, l’ pus brav’ fill’ dé d’ zou l’ soleil,
Marier un homm’ jaloux pareil !
D’ main i s’ imbarqu’ tout seu, ma mère,
Pou l’Amérique… Ah ! bin, j’ peux braire… »

El pauver femm’ pleur’ ses yeux hors,
S’ laminte d’ pus fort in pus fort…
« Tout cha… dit l’ maman, ch’est des contes :
Deux tros baiss’ s, ch’ n’est point l’ mort d’ un monte.

« Bé, mi, pis t’ père nous somm’s heureux, –
Et pourtant pus d’ dix amoureux
M’ont fréquentée avant m’ mariage.
Cha n’impêch’ qué j’ fais bon ménage. »

L’ bell’-mère avot à pein’ fini
Qué Cafougnett’ sort dé d’ zous l’ lit
Et s’ moutre in criant :« Véronique,
In v’là core un pou l’Amérique ! »