Eune bonne tiêt’

Message d'erreur

  • Warning : simplexml_load_string(): Entity: line 1: parser error : Start tag expected, '<' not found dans soundcloudfield_field_formatter_view() (ligne 423 dans /home/cafougne/cafougnette/sites/all/modules/soundcloudfield/soundcloudfield.module).
  • Warning : simplexml_load_string(): {"version":1.0,"type":"rich","provider_name":"SoundCloud","provider_url":"https: dans soundcloudfield_field_formatter_view() (ligne 423 dans /home/cafougne/cafougnette/sites/all/modules/soundcloudfield/soundcloudfield.module).
  • Warning : simplexml_load_string(): ^ dans soundcloudfield_field_formatter_view() (ligne 423 dans /home/cafougne/cafougnette/sites/all/modules/soundcloudfield/soundcloudfield.module).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans soundcloudfield_field_formatter_view() (ligne 427 dans /home/cafougne/cafougnette/sites/all/modules/soundcloudfield/soundcloudfield.module).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans soundcloudfield_field_formatter_view() (ligne 428 dans /home/cafougne/cafougnette/sites/all/modules/soundcloudfield/soundcloudfield.module).

À mon ami Adolphe Crauck

Tout l’ monne, ichi, dins not’ pays,
Connot l’arsouille d’ Cafougnette,
Et, comme in dit, tel pèr’ tel fils ;
Car sin p’tiot garchon n’est point biête.

Il est au contrair’, fort malin ;
Mais, s’ mère all’ l’ laiss’ trop faire à s’ mote.
A l’école i’ n’ va point souvint.
Et, pour l’instruir’, ch’ n’est point commote.

Aussi, l’aut’ jour, es’ bonn’ maman,
Dins l’ ru’, rincontre el maître d’école,
Et ch’ l’homme, pou’ s’informer d’ l’infant.
Li-adresse aussitôt la parole :

« Eh bin, madame, et vot’ gamin ?
Vous l’ laissez dins l’ vagabondage…
Jé n’ l’ai point encore vu c’ matin.
I fuit l’écol’ : ch’est bin dommage.

Oui, ch’est dommag’, car votre enfant
Tient d’ son pèr’, Monsieur Cafougnette.
Ch’est un sujet intelligent :
Il a, j’ vous jure, eun’ fort bonne tiête.

— Eun’ bonn’ tiête ? Ah ! bin oui, Monsieur,
Répond aussitôt l’ ménagère.
J’ cros bin qu’i a eun’ bonn’ tiête, m’ fieu ;
I met d’jà les capiaux dé s’ père ! »

Jules Mousseron