L’ cop d’ poing électrique

Message d'erreur

  • Warning : simplexml_load_string(): Entity: line 1: parser error : Start tag expected, '<' not found dans soundcloudfield_field_formatter_view() (ligne 423 dans /home/cafougne/cafougnette/sites/all/modules/soundcloudfield/soundcloudfield.module).
  • Warning : simplexml_load_string(): {"version":1.0,"type":"rich","provider_name":"SoundCloud","provider_url":"https: dans soundcloudfield_field_formatter_view() (ligne 423 dans /home/cafougne/cafougnette/sites/all/modules/soundcloudfield/soundcloudfield.module).
  • Warning : simplexml_load_string(): ^ dans soundcloudfield_field_formatter_view() (ligne 423 dans /home/cafougne/cafougnette/sites/all/modules/soundcloudfield/soundcloudfield.module).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans soundcloudfield_field_formatter_view() (ligne 427 dans /home/cafougne/cafougnette/sites/all/modules/soundcloudfield/soundcloudfield.module).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans soundcloudfield_field_formatter_view() (ligne 428 dans /home/cafougne/cafougnette/sites/all/modules/soundcloudfield/soundcloudfield.module).

Au peintre Lucien Jonas

Cafougnette i-avot du chagrin.
Es’ femme, el coquett’ Véronique,
Tot partie, avec es’ visin,
Ténir ménache in Amérique.

L’ pauvre homme i n’ faisot qu’ timpêter :
I-arot craché s’ n’amer ed’ rache.
D’ pus l’ temps qué s’ femm’ l’avot quitté,
I-étot méchant comme un sauvache.

« Ah ! qu’i disot, d’ mauvaise humeur,
Jé l’ rattrap’rai, chell’ grand’ vaurienne.
J’ r’arai m’ réparation d’honneur
D’vant l’ Tribunal ed’ Valinciennes.

Si j’ l’avos chi, j’ li tords el cou !
J’ l’i fais dépasser s’ langu’ d’un mète.
Elle, et s’ n’amoureux, – un bafiou –
J’ les allott’ comm’ des marionnettes.

Pas moyen d’ lieu pocher l’ titi !
Vraimint ch’est marronnant tout d’ même.
Ah ! si seul’mint j’ pouvos, d’ichi,
Coller un bon cop d’ poing à m’ femme !

— Hein ? qui fait l’un d’ ses compagnons,
Bé cha, mon vieux, ch’est bin facile.
T’ peux coller, à t’ femme, un tampon
Sans bouger dé D’nain, bin tranquille.

— Qu’mint ? Cafougnett’ répond, curieux,
Taper d’ichi ? qu’mint qu’ cha s’explique ?
Dépêch-té dé m’ raconter l’ jeu :
T’ sais qué m’ femme est in Amérique.

— Oui ! T’ peux taper su t’ femm’, bin seûr !
Va-t’in à la grand’ post’, tout d’ suite,
Et, là, té verras l’ directeur.
Té li cont’ras l’ but dé t’ visite.

C’ brave homme i t’ rinsingn’ra su tout.
T’ verras d’ z’invintions qui t’ f’ront rire.
T’ pourras d’viser à Tombouctou
Dé D’nain !… S’il y-a un diape à dire !

Ouais, in peut mêm’ tirer t’ portrait
Sans t’ vir, d’ la-vo, du bout du monne !
Ouais, comarat’, cha ch’est l’ progrès…
Y-a bin l’hôtel qu’in n’ vot personne !

In appoyant sur un bouton,
El même’ qué si t’alleum’ros t’ pipe,
Sans domestique eddins l’ maison,
I t’ kait du ciel eun’ portion d’ tripes !

À ch’ t’heure, i-est question d’invinter
Eun’ machine à r’fouler les dettes !
Vraimint il y a d’ quoi s’ démander
Ls gins chu qu’i trouv’nt dins leu tiête ?

Suis m’ consel, Cafougnett’, va-t’in
Au télégraphe à longu’ distance,
Et là, pour eun’ tiot’ somm’ d’argint,
À t’ femme té pourras fich’ eun’ danse ! »

Et v’là mon Cafougnett’ parti,
La haine au cœur, d’eun’ rache extrême,
À la grand’ post’, dûss’ qu’in li dit.
Pour li pouvoir s’ vinger su s’ femme.

I cop’ dins l’ panneau, l’innochint,
L’aut’ farceur a bin m’né s’ n’affaire,
Certain d’ réussir. Justémint,
El receveur ch’étot s’ biau-frère !

Et pindant qu’ Cafougnett’ s’inqueurt,
Viv’mint, l’aut’ joyeux comarate
I téléphone au receveur
Pou l’avertir del couïonnate.

À la post’, l’homme i comprind l’ cop.
D’avanche in li-même i rigole.
Mon Cafougnette arrive bintôt :
« J’ dis bonjour ! fait comm’ cha l’ drôle.

J’ vas chi vous raconter m’ passion,
Monsieur, j’ai bésoin qu’in m’ soulache…
Vous dévez l’ vir à m’ n’émotion :
Faudrot qué j’ pourros faire aufrache !

J’ tranne ed’ colère in vous parlant !
J’ sus pus un homme, éj’ sus un diape…
M’ femme, el rouée, est fichu’ l’ camp
Avec un aute, el misérape !

Quand j’y busi’, d’ colère, éj’ brais :
M’ femme est partie in Amérique,
Et jé n’ peux point courir après
Au-d’sus d’ la mer, au diap’ dé pique !

Faudrot pourtant qué j’ m’arving’ros !
Et cha peut s’ faire, à c’ qu’in m’assure.
I paraît qué d’ichi j’ pourros
Li coller m’ poing t’avo s’ figure !

— Mais oui, répond l’ monsieur, mais oui,
Et facil’ment que ça peut s’ faire :
Versez vingt francs, – c’est l’ pus bas prix –,
Nous allons fair’ le nécessaire.

— Vingt francs, monsieur, ch’est adjugé !
D’ailleurs, ch’ n’est point l’argint qui m’ gêne.
Moutrez-min dûss’ qu’i faut taper,
Quand cha dévrot coûter m’ quinzaine ! »

L’ receveur li moutre un bouton :
Un machin d’ cuivr’ quelconqu’, su l’ tape :
« Voici, mon ami, l’invention.
C’est sur c’ bouton qu’il faut qu’on frappe.

Plus vous tap’rez fort, mieux ça s’ra.
Tant pis pou madam’ Cafougnette !
J’ vas constater le résultat
En regardant dans ma lorgnette. »

Cafougnett’ carcul’ sin élan…
I r’cule à quatre mètr’s del machine
Et s’élance d’sus in tapant
Un cop d’ poing comme un vrai cop d’ mine !

Berdouf ! « All’ d’a eu, dit l’ monsieur,
In plein su s’ n’œil, mon Dieu, queull’ boche !
Vot’ femme all’ pouss des cris furieux !
Alle a eune œil comme eune’ brioche !

— Merci, dit l’autre, éj’ sus contint !
Infin je m’ sus vingé quand même !
Pardon, Monsieur, mais j’ voudros bin
Pouvoir li-in coller un deuxième !

— Mais oui, mais oui, c’est naturel…
Soulagez-vous pendant qu’ vous y êtes.
Frappez d’ nouveau sur l’apparel :
Vot’ femme archévra l’ cop su s’ tiête ! »

Et Cafougnette arcul’ pus fort
Pou s’élancer avec vitesse.
I grinch’ des dints, et, liève incor
Un poing comme un martiau à tiesse.

Mais du momint qu’i s’ met in train,
L’ receveur s’estamp’ dé s’ kaïère
El lance à Cafougnette, viv’mint,
Un maîtr’ cop d’ pied in plein derrière.

« Aïo ! qui s’écri l’ gros bêta,
J’in ai les cantiaux in compote !
Aïo ! aïo ! qu’est-c’ qué ch’est d’ cha ?
— Cha, ch’est l’ répons’ ! » qu’i li dit l’aute.