L’ docteur Boudenne

Message d'erreur

  • Notice : Trying to get property of non-object dans soundcloudfield_field_formatter_view() (ligne 355 dans /home/cafougne/cafougnette/sites/all/modules/soundcloudfield/soundcloudfield.module).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans soundcloudfield_field_formatter_view() (ligne 356 dans /home/cafougne/cafougnette/sites/all/modules/soundcloudfield/soundcloudfield.module).

« Ej’ n’ai pas d’ chance » disot Batiss’ Boudenne
À Cafougnett’, qui saquot s’ pip’ boraine.
J’ai un gros rhume et j’ n’arrêt’ point d’ tousser
J’aboé, j’aboé comme un tchien d’ batélier.

— Cha ch’ t’un catarrhe ed’ fouan, rien à faire,
L’ rhume ed’ fouan t’infouira dins tierre »
Qué li répond Cafougnette in riant.
« J’ sais bin m’ sogner et sogner l’ z’aut’s pourtant

« J’ connos si bin l’ corps humain qué m’ culotte.
— Hein ! Cafougnette, qu’est-ç’ qué j’ fros bin, à t’ mote ?
— Mi, v’là m’ n’avis, si t’ n’es pas un balourd,
Va consulter l’ méd’cin del caiss’ dé s’cours.

— L’ méd’cin, l’ méd’cin ! Ch’est toudis l’ même aubate.
Té m’ fros bin rir’, si jé n’ s’ros point malate.
T’ fameux docteur i-est cor pus biêt’ qué mi.
— Oui, mais malgré qué t’es moins biêt’ qué li.

Y-a pus d’idé’s dins deux tiêt’s qué dins eune.
Va-t-in trouver l’ méd’cin, allez, Boudenne.
Commé ch’ ti qui crache au derrier’ dé s’ quévau,
Si cha n’ fait pas d’ bien cha n’ fait jamais d’ mau.

— Jé n’ t’acout’ point. Si t’ n’as foqu’ c’ système,
Comm’ d’habitut’ jé m’ guérirai mi-même.
— Mi j’ai té l’ vir. J’avos l’ corps déringé.
Ch’t’un rich’ méd’cin ! I m’a bien esculté.

I m’a baumé, tâté tous les jointures.
I m’ dit qu’ j’ai cor eun’ bonn’ température.
— Vétt’ queu miraqu’ ! bé sans fair’ tant d’ façons
M’ livre ed’ méd’cine i-arot eu t’ guérison !

Té sais qu’ j’ai l’ livr’ Raspal ? Cha n’ fait point d’ doute
Qué tout près d’ li t’ docteur n’est qu’un aploute.
Oui, j’ai Raspal… Avec un livr’ parel,
J’ peux démonter un homm’ comme un rével.

J’ guéris au s’cret et j’ guéris par les plantes.
J’ connos les hierp’s t’ qu’aux pus p’tit’s émouillantes.
J’ sais faire el graisse ed’ tchien, l’ compress’ d’ognons
L’ chiqu’ pou l’ mau d’ dints et l’argil pou l’ frognon.

L’ crêm’ d’arnitoil’ si bonn’ pou les copures
L’ peun’-tierr’ râpé’ qui fraîchit les brûlures.
L’implâtre à fair’ ramincir les gros g’noux
El les sangsurt’s pou fair’ passer l’ souglou.

Ej’ guéris tout : l’ démigrain’, durte orelle,
Romatiqu’ mâl’ et romatiqu’ femelle,
Desquint’, boursiaux, grèv’ dé gampe, écauff’mint,
Esquitt’, porgeon, les rougeurs, dévoi’mint.

Tapur, quenn’-touss’, l’ saisissure, el ramette,
Gal’-forbatur’, brûlant, catarrh’ dins l’ tiêt’.
Langu’reux, berlou, séquérin, cras-boyaux.
Cranqu’, mal-caduqu’, sang d’ pisson, sang d’ naviau.

J’ guéris influr’, poquett’s et coliqu’ bleusse,
Les fièv’ maguett’, fièv’ ed’ leup, fièv’ moqueusse.
Boursiaux, congrain’ ménagiqu’, brin-d’ Judas,
Gland’s, résipèr’s, qu’ caetera, qu’caetera.

— Té t’ vant’, Boudenne, au bin té décaroches,
Qu’mint qu’ té peux mettr’ tant d’ bergnioull’s dins t’ caboche ?
— Mes bergnioull’s, Zeph, i-z-ont ressuscité
L’électricien qui vient d’êtr’ trotcuté !

— J’ té veux bin croir’ ! T’ tiêt’ ch’est eun’ pharmac’rie.
Té n’ sais mêm’ point el nom dé t’ maladie !
— Si, cha m’arvient, Zeph, si té veux l’ savoir :
J’ ai eun’ bronchit’ grippal’, v’la m’ désespoir.

— Eh bin ! tant mieux ! J’ sus contint, comarate !
— Qu’mint tes contint, t’ sais t’ moquer d’un malate ?
— Bast, t’es savant ! t’ t’amus’ras à t’ guérir.
— Oui, mais l’ méd’cin n’est point exempt d’ morir !

Ch’est peut-êtr’ grav’ malgré tes cont’s baroques.
— Acout’, Boudenne, éj’ ris par’cqué t’ n’as foque
L’ bronchit’ gris-pâl’, pauv’ vieux ! Si t’aros eu
El bronchit’ gris-foncé, té s’ros foutu !