L’ panier d’ pronnes

Message d'erreur

User warning: The following module is missing from the file system: acquia. For information about how to fix this, see the documentation page. in _drupal_trigger_error_with_delayed_logging() (line 1156 of /home/cafougne/cafougnette/includes/bootstrap.inc).

À mon ami Eugène Chigot

L’aut’ jour, Zeph’ Cafougnett’ s’étot mis in colère :
I-avot caché dispute à sin propriétaire.
C’ propriétaire étot v’nu visiter l’ maison
Et n’ voulot point fair’ faire aucun’ réparation.

Contraire à s’ n’habitud’, Cafougnette i s’importe
Et trait’ l’avaricieux d’ tous les sins, tout’s les sortes
D’ voleur, ed’ fainéant, – infin, il li in dit
Dé ceull’s qué j’ n’os’ros point vous répéter ichi.

« Ah ! pusqué ch’est comm’ cha, ti t’aras d’ mes nouvelles,
S’écri’ l’ propriétaire, aussi tout à l’ foufielle…
Pas pu lon qué t’ t’à l’heur’, j’ vas t’invoyer l’huissier,
Et, aussi vrai qu’ jé l’ dis, j’ té f’rai déménager ! »

Pis, là-d’sus, i’ s’in va, bertonnant dins li-même.
L’ pauv’ Cafougnette, à s’ tour est disputé pa’ s’ femme :
« Té vos, dit l’ ménagèr’, té maltraites c’ t’homme-là :
I’ va nous mettre à l’ port’, nous v’là chi dins d’ biaux draps. »

« Mais, s’il n’est pas trop tard, va-t-in l’ trouver tout d’ suite,
Té t’expliqu’ras d’ tin mieux ; va, dépêch’-te bin vite.
Nous avons trop d’ peun’-tierr’, tiens, port’ li-in un panier.
L’ bonhomme est fort avar’, tout pourra s’arringer.

— Femme t’as eun’ bonn’ idé’, qué répond Cafougnette ;
Mais quant à mes peun’-tierr’s, i’ n’ d’ara point eun’ pette.
Mes biaux peun’-tierr’s lesquenn’ pour un avare ainsi ?
J’ vas li porter des pronn’s : ch’est bon assez pour li. »

Et Cafougnette s’impar’ d’un panier d’ vieill’s Rein’s-Claute,
Pis, chez s’ propriétair’, tout sin pus vite i’ s’ trotte.
L’homme étot à s’ maison, tout in colère incor :
Cafougnette, in trannant, s’infut’ dins l’ corridor.

Malgré qui n’a pus fauque un ou deux ch’veux su’ tiête,
Avant qué d’ s’amoutre il ertire s’ casquette,
Pis, d’vant l’ propriétaire, i’ va d’mander pardon.
Et l’ suppli’ d’ vouloir bin el laisser dins s’ maison.

« J’avou’ qu’ j’ai été vif, qu’i’ dit, mais j’ai l’âme bonne…
La preuv’, qué j’ vous apporte un panier d’ grossés pronnes.
Ch’est des belles Rein’s-Claute bin tert’s et plein’s d’ jus.
Alle sont bonn’s à minger, in n’os’ pus pocher d’sus. »

Là-d’sus l’ propriétair’ i’ dévient d’eun’ tell’ rache
Qu’il impongne el panier, ou, putôt, qu’il l’arrache,
Et s’met à j’ter les pronn’s eun’ par eun’ tant qu’i’ peut,
Su l’ tiête d’ Cafougnett’ qui n’avot pus d’ chéveux.

Chaqu’ pronne, in arrivant su l’ tiête d’ Cafougnette,
S’écrase in espitant del compot’ su’ s’ foss’lette,
Et chaque cop qu’il erchot el pauvr’ homm’ jett’ ces cris :
« Qué l’ bon Dieu soit béni, qué l’ bon Dieu soit béni ! »

L’avare, intindint cha, sint s’ rag’ qu’alle erdoubelle,
I dit : « Té t’ moques d’ mi, j’ vas t’écraser l’ cervelle. »
Et pouf ! l’autre erchoit cor eun’ pronne d’sus s’ caillau :
« Qué l’ bon Dieu soit béni ! » qu’i répète aussitôt.

Alors, quand el panier est complèt’mint à vute,
L’ propriétair’ s’écri’ in hurlant comme eun’ brute :
« Cré nom dézos d’ vaurien ! m’expliqu’ras-tu pourquoi
Té cri’s Dieu soit béni à chaque coup qué t’erchois ?

— Au lieu d’un panier d’ pronn’s, répond l’aut’, prêt à braire,
Em’ femm’ volot qu’ j’apporte un panier d’ gros peun’-tierr’s.
Eh bin ! j’ermerci’ Dieu d’ point l’avoir acouté :
Avec des gros peun’-tierr’s vous m’arrot’ assommé ! »