L’ patois

Message d'erreur

  • Notice : Trying to get property of non-object dans soundcloudfield_field_formatter_view() (ligne 355 dans /home/cafougne/cafougnette/sites/all/modules/soundcloudfield/soundcloudfield.module).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans soundcloudfield_field_formatter_view() (ligne 356 dans /home/cafougne/cafougnette/sites/all/modules/soundcloudfield/soundcloudfield.module).

À M. Georges Regelsperger,
qui a bien voulu me demander
pourquoi j'aime le patois.

J’ai fort quièr el français, ch’est l’ pu joli langache,
Comm’ j’aime el biau vêt’mint qué j’ mets dins les honneurs.
Mais j’ préfèr’ min patois, musiqu’ dé m’ premier âche,
Qui, chaqu’ jour, fait canter chu qu’a busié min cœur.
L’ patois s’apprind tout seul, et l’ français, à l’école.
L’un vient in liberté, l’autr’ s’intass’ comme un rôle.

Dins l' peine, un mot patois nous consol' davantache ;
Dins l' joie, à l' bonne franquette, i corse el bonne humeur.
Il est l' pus bell' rinscontre au cours d'un long voïache,
L' pus douch' plaint' du soldat au mitan des horreurs.

L' patois s'apprind tout seul, – el français, à l'école.
L'un vient in liberté, l'autr' s'intass' comme un rôle.
Les deux sont bons, bin sûr, mais not' patois pourtant,
Reppell' mieux les souv'nirs d'eun' jeunesse effacée.

L' patois, ch'est l' fleur sauvach' pus qu'eune autr' parfeumée…
C'est l' douche appel du soir d'eun' mère à ses infants.

Jules Mousseron