La fin du Monte

À Alfred Hazard

Ch’étot du temps d’ l’étoile à queue
Annoncé pa les arménachs.
Not’ coeur battot comme un hoch’ queue
Tell’mint qué nous avott’s el trac !

In n’ parlot fauque ed fin du monte,
D’ délug’, d’ boulevers’mint sans parel !
La lun’, comm’ du burre, allot fonte
Dins l’immens’ payèl du solel !

Et l’feu s’répandant su la Terre
Couvrant l’ mont’ dé s’ terrip fléau,
Un grand trembelmint d’allot faire
Craqu’ler not’ planèt’ comm’ del chaux !

Ah ! c’ cop-là, ch’ n’étot point pou rire !
D’après l’ prédiction des anciens,
L’Etoile à queu’, – n’y-a pas à dire, –
Ch’étot vraimint la fin des fins !

Aussi chacun i riot jonne.
Malgré l’ prochaine égalité,
Beaucoup trannott’n dins leu marronne
D’vant l’ grand jug’mint d’ l’éternité !

El pus heureux ch’tot cor les biêtes.
Tout l’ z’ animaux d’ nos alintours
N’ sé souciott’ pas eun’ seul’ milette
D’être aussi près del fin d’ leus jours.

Mais les avar’s, les mauvais riches,
Les égoïst’s ed’ parvénus,
Ceux qui-ont toudis l’air d’ s’in fiche,
In v’là qui-étott’nt bin arkaius !

Les pauvr’s, bons bougr’s, par habitude
Fixés su l’sort des sans-av’nir,
S’démandott’nt avec inquiétude,
Si d’ l’autr’ côté ch’ n’étot point pir’,

La vie humain’ est si bizarre !
In y rincontr’ peu d’ gins contints,
Et malgré tout, ch’est putôt rare
Qu’in quitt’ l’existenc’ joyeus’mint.

Dins l’ ciel rayonnant, suspindue
Comme eun’ bell’ montre et s’chaîne in or,
Infin l’étoîle à queue est v’nue
Sans causer au monte aucun tort.

Quand in n’a pus vu cheull’ comète,
Chacun r’parlot d’ ses émotions :
« Mi, qui disot Zeph Cafougnette,
J’avos bin pris mes précautions !

Avant qu’ l’étoile à queu’ s’amoutre,
J’ m’étos mis inter deux mat’las,
Et tant qu’alle n’a point été outre,
Ej’ n’ai jamais bougé dé d’là…

Chaqu’ momint j’ rinfrognos m’ n’ échine
Pou t’nir moins d’ plache ed’ large et d’ long,
Tout minc’ comme inter deux tartines
Eun’ misérap trinque ed’ gambon !

Ch’est vrai… in n’ sait jamais… peut-ête
Qué l’ laine à mat’las m’ protégeant,
Dins l’ z’ espitur’s ed’ not’ planète
Ej’ m’aros artrouvé vivant !

— Ouais ! qu’i fait l’un d’ ses comarates
Té pouvot fin bin réussir,
Mais t’ s’ros bintôt kaïu malate :
Té t’ s’ros innuyé à morir.

Qu’est-c’ t’aros fait su l’ tierr’ du monte,
Tout seul, dins l’Univers intier ?
— Bé, qu’i dit Zeph, acout’ queu conte !
Eh bin ! j’ m’aros mis cabar’tier ! »

Jules Mousseron