Soir d’été

Message d'erreur

  • Warning : simplexml_load_string(): Entity: line 1: parser error : Start tag expected, '<' not found dans soundcloudfield_field_formatter_view() (ligne 423 dans /home/cafougne/cafougnette/sites/all/modules/soundcloudfield/soundcloudfield.module).
  • Warning : simplexml_load_string(): {"version":1.0,"type":"rich","provider_name":"SoundCloud","provider_url":"https: dans soundcloudfield_field_formatter_view() (ligne 423 dans /home/cafougne/cafougnette/sites/all/modules/soundcloudfield/soundcloudfield.module).
  • Warning : simplexml_load_string(): ^ dans soundcloudfield_field_formatter_view() (ligne 423 dans /home/cafougne/cafougnette/sites/all/modules/soundcloudfield/soundcloudfield.module).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans soundcloudfield_field_formatter_view() (ligne 427 dans /home/cafougne/cafougnette/sites/all/modules/soundcloudfield/soundcloudfield.module).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans soundcloudfield_field_formatter_view() (ligne 428 dans /home/cafougne/cafougnette/sites/all/modules/soundcloudfield/soundcloudfield.module).

Au poète Maurice Garet

Au soir, l’été, quand m’ journée alle est faite,
J’aime à m’ prom’ner dins les camps, au hasard.
Là, bin tranquill’, j’ai des biaux rêv’s dins m’ tiête.
Sans m’ fatiguer, j’y rest’ quéqu’fos bin tard.

Tout est bin calme au mitan d’ ces paraches,
In n’intind pus chiffloter les piqu’teux
Et les osiaux ont cessé leus ramaches,
L’ bell’ lune in or qu’minche à moutrer ses feux.

Tout duch’mint l’ vint, si léger qu’eun’ caresse,
L’un conter l’aut’ fait butter les épis
Qui fait’nt intindr’, comm’ sur un air ed’ baisse,
Eun’ lent’ canchon fait’ pour bercher les nids.

Souvint, par là, l’amoureux, l’amoureusse,
À c’ bell’ musiqu’ mélang’tent leu soupir,
Et, pour combler cheulle harmonie heureusse,
L’écho répèt’ chu qu’ vient d’ dire l’ zéphyr.

Oh ! qu’in est bin. Point d’ caleur, point d’ frodure.
Oh ! qu’i fait biau dins cheull’ timit’ clarté.
Du paradis ch’est l’ douch’ température ;
Du paradis ch’est l’ décor imprunté.

Point d’ grand’ tristesse et point d’ gaîté brutale.
J’arvis d’dins l’ temps mes momints les meilleurs.
I s’ livre in m’ cœur eun’ caressant’ batalle,
Choc ed’ souv’nirs, d’ pinsers, d’amours et d’ fleurs.

Hélas ! el’ temps trop rapid’mint s’invole :
I m’ faut dormir pou d’main aller ouvrer,
J’ pars in faisant eun’ prièr’ sans parole
Au Créateur qui m’ fait si bin rêver.