L’arrivée des armées allemandes dins l’Nord

Message d'erreur

  • Notice : Trying to get property of non-object dans soundcloudfield_field_formatter_view() (ligne 355 dans /home/cafougne/cafougnette/sites/all/modules/soundcloudfield/soundcloudfield.module).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans soundcloudfield_field_formatter_view() (ligne 356 dans /home/cafougne/cafougnette/sites/all/modules/soundcloudfield/soundcloudfield.module).

À Lucien Jonas

La guerre à pein’ s’ déclare
Qu’ les All’mands’, les barbares
Nous arriv’tent dar’ dare
Aussi drus qu’ des fourmis
Les v’là qui pass’nt in foule :
Cha pullule et cha groulle
Comme un foursin d’ guernoulles…
Queu malheur pour l’ pays !

A l’approche d’ ces brutes
Femm’s, infants, tout s’ culbute,
Pour rintrer dins s’ cahute…
Il faut vir queu frayeur !
Car les Boch’s au passage
Ont, dins d’ pus d’un village,
Tué d’innochints otages
Pou sémer la terreur.

L’ coeur s’armet eun’ milette…
Pau rideau del ferniête,
Discrèt’mint in ravette
Marcher cheull’ bind’ d’affreux…
Il in passe, il in passe
Par régimints, par masses…
Oh ! tout’s les vilain’s faces
Défilant d’vant nos yeux !

A chaque coin ils s’amoutent.
Y-in vient d’ pa tout’s les routes,
D’ ces mastiqueux d’ choucroute !
Leur tiêt’s, par rangs serrés,
Bouillonn’nt in flots rapites.
In dirot qu’in agite
Des pétot’s dins l’ marmite,
Gross’s comm’ des grès d’ pavé.

Comme un vieux qu’vau qui saque
Sur eun’ carrette in raque,
Les fantassins patraques
S’ courbin’nt in s’allongeant.
Ils ont l’ figur’ tout’ noire ;
Ils grinch’tent des machoires
Et vot’nt déjà l’ victoire
Ed’ leus yeux d’ cat-hutant.

Y-ont tout’s sortes d’ coiffures :
Des moll’s des raid’s, des dures ;
Des capiaux qu’y-ont l’allure
D’un moulin à café ;
Des casqu’s à l’ point qui bique,
Des tourtièr’s à l’ flamique ;
Des charbonnièr’s comiques
A manière ed’ buffet,

L’ z’artilleurs ont des boules,
Des soufflet’s des ampoules
Qui sortent d’ leu chitroules.
Les hussards ont l’ tamis.
Les pus biaux du cortèche,
Les tiêt’s ed’ canne à pêche,
Y-ont eun’ casquette qui s’ drèche
In toil’ chiré’ d’ tapis.

Tertous ont l’ ténu grisse,
Gris andoull’ , gris saucisse,
Gris couleur sal’ quémisse,
Gris d’un gris rat d’égout…
Ces Boch’s sont tous gris comme
L’avénir ed’ Guillaume,
Sal’ gris qui vous assomme
D’un écoeurant dégoût.

Les chefs sont d’un gris-pâle.
Les gris tigr’s, les gris mâles,
L’air orgueilleux, s’étalent
Et s’ drèchent su leu qu’vau.
Leur figur’, veiné d’ rouche,
L’fint’ qui lieu sert ed’ bouche,
Leus yeux d’ marcotte in couche,
Vous donn’nt frod dins l’ z’ossiaux.

Al’ cadenc’ des fantoches,
Leu tiêt’ va d’ droite et d’ gauche,
Et leu r’gard i s’accroche
Sur nous avec hauteur.
Ch’ l’argars vilain, vorace,
Du vautour ed’ vrai’ race,
Pou toudis laisse eun’ trace
Qui s’ fige d’dins vot’ coeur.

Su leus figur’s bouffiches,
Barbu’s ou sans barbiches,
Toute el verr’ri d’Aniche
A grand’ pein’ rimplach’rot
Les verres d’ leus leunettes
Grands comm’ des rou’s d’ brouette…
Pourtant, à leus ferniêtres,
Beaucop n’ont qu’un carreau.

Ah ! vl’à l’ bind’ grouillante
Qu’alle ouvr’ el bouqu’ tout’ grante,
Et, nerveus’mint, qui cante ;
Cha va nous divertir.
In n’ comprind point d’ parole ;
Mais sûr’mint ch’ n’est pas drôle :
Ceux qui mèn’nt les carioles
Comminch’nt à s’indormir.

Ch’est par centaines d’ mille.
Qu’ jour et nuit cha défile.
Pas eun’ minut’ tranquille
Sans vir’ ces sal’s Boch’s-là !
Ch’est pir qué des punaises.
Nous craignons d’ morir d’aise
Quand notre armé’ française
Ara balayé cha !

Denain, août 1914