Nich gut ! Malheur la guerre !

Message d'erreur

  • Notice : Trying to get property of non-object dans soundcloudfield_field_formatter_view() (ligne 355 dans /home/cafougne/cafougnette/sites/all/modules/soundcloudfield/soundcloudfield.module).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans soundcloudfield_field_formatter_view() (ligne 356 dans /home/cafougne/cafougnette/sites/all/modules/soundcloudfield/soundcloudfield.module).

À Eugène Chigot.

Ces bons Prussiens, jamais in l’ z’obli’ra…
In l’ z’aim’ trop bin, n’y-a point d’ danger pou cha !
Des gins instruits, à nous aut’s, pauvers simples,
L’avott’nt prédit in prêchant leu-n-eximple.
Ah ! oui les Boch’s sont des gins pleins d’esprit :
In n’ d’a des preuv’s au pays investi.
In n’ peu point dir’ qué cha n’est pas des frères !
« Malheur ! nich gut ! nich gut ! Malheur la guerre ! »

Quand ils arriv’nt loger dins vot’ maison,
Ils ont l’ sourire intré l’ nez et l’ minton.
L’ fauss’ modestie et l’odeur ed’ ces braves,
Cha sint l’ Prusien d’ pus l’ guernier jusqu’à l’ cave.
Quand, par bonheur, i s’in vont d’ vot quatir,
Bin malgré vous, vous in avez l’ souvenir.
Cha sint l’ Prussien pindant des s’main’s intières.
« Malheur ! nich gut ! nich gut ! Malheur la guerre ! »

Dins les débuts qu’i-étot dins not’ pays,
El Boch’ mingeot bin pus qué s’n’ appétit,
Tout l’ saint’ journée, i n’ faisot qu’ mier et boire,
Pindant qu’ nous aut’s in mingeot s’ tartin’ noire.
Mais, Dieu merci, ch’est un p’tit peu cangé.
L’ Boch’ crève d’ faim in nous r’vettiant minger…
V’là qu’i nous flatt’ pour avoir un peun’ tierre.
« Malheur ! nich gut ! nich gut ! Malheur la guerre ! »

L’ Prussien, souvint, parle ed’ révolution…
I va agir. C’ cop-chi, ch’est pou du bon !
Contr’ les gradés, is’ démène, i tempête ;
I fait les gest’s d’ déjà coper des tiêtes.
Mais, si, su l’ fait, arrive un simpl’ cabot,
L’ Boche i s’estamp’, raid’ comme un piquet d’ bos,
I n’a pus l’air d’un révolutionnaire !
« Malheur ! nich gut ! nich gut ! Malheur la guerre ! »

Pou les Prussiens, – in l’a bin dit dins l’ temps, –
Jamais d’arcool, ch’est des gins tempérants.
Oui, in effet, les officiers d’ l’All’magne,
Donnant l’eximpl’, n’ sél soûl’ qué d’ not champagne.
Aussi j’ai vu leurs vertueux soldats
In l’ mêm’ quart-d’heur’ leu mettr’ dins l’estomac
Douz’ grands cognacs mélangés din del bière !
« Malheur ! nich gut ! nich gut ! Malheur la guerre ! »

L’ Boche, in tout temps, vous pass’ la main dins l’ dos ;
Et cha l’imbêt’ qu’un li parl’ point beaucop.
I vous fait vir des tas d’ photographies ;
L’homm’ marié moutre es’ famille réunie.
In s’artient d’ rire in contemplant l’ bouquet
Formé d’ gross’s tiêt’s comme un rang d’ choux-navets.
C’ mancheau d’infants, ch’est bin l’ portrait du père !
« Malheur ! nich gut ! nich gut ! Malheur la guerre ! »

L’ Prussien, malin, n’ veut point croir’ les Français.
Il a raison, car i n’ s’é tromp’ jamais !
In v’là l’ motif (ch’ n’est pas déjà si bête) :
I n’ veut fauqu’ croir’ l’officier et l’ Gazette.
I-est sûr ainsi d’ savoir la vérité !
Et combin d’ cops ils nous l’a répété
Qu’i travers’rot Paris et l’Angleterre…
« Malheur ! nich gut ! nich gut ! Malheur la guerre ! »

L’ gendarme all’mand, ch’est l’ modèl’ du sujet.
I n’y-a qu’in Pruss’ qu’y-a bourriau si complet.
Les yeux mauvais imbroussaillés d’épines,
Ch’est l’estatu’ hurlant’ del’ discipline,
I-a la croix d’ fer, i-est fatigué vraimint,
Tell’mint d’avoir tapé su l’ z’innochints.
L’ diape i l’attind pou l’ touquer dins s’ chaudière.
« Malheur ! nich gut ! nich gut ! Malheur la guerre ! »

L’ gendarm’ prussien su l’ service est d’aplomb ;
Car il a peur d’aller combattr’ su l’ front.
Ch’est par rivièr’ qu’i-a fait couler des larmes.
L’emp’reur Guillaum’ sait choisir ses gendarmes.
Avant la guerr’ nous étot’s si soumis.
Qu’i n’y-avot point d’ prison dins not pays.
A ch’ t’heur’, tout l’ monde a s’ casier judiciaire !
« Malheur ! nich gut ! nich gut ! Malheur la guerre ! »

Oui, nous avons un « arresthaus » prussien,
Prison modèle à duss’ qu’i n’ manque rien.
Y-a des cellul’s, des cachots, dins c’ baraque,
Y-a du pain noir, des poux et des matraques.
Les nombreus’s gins qui-ont commis l’ forfait
D’ donner du pain aux prisonniers inglais,
I trouv’tent là l’ punition salutaire !
« Malheur ! nich gut ! nich gut ! Malheur la guerre ! »

Un pauvre infant va au villag’ voisin
Pour acater un peu d’ ravitaill’mint.
In arvénant, querqué plein ses épaules,
L’ gendarm’ l’arrêt’, prind ses vivr’ et les vole.
L’gamin in larm’s d’mand’ d’être eximpt d’ prison ;
Mais l’ sal’ prussien li colle un cop de bâton,
Et li répond in f’sant des yeux d’ panthère :
« Malheur ! nich gut ! nich gut ! Malheur la guerre ! »

Grâce aux All’mands, nous v’là civilisés !
Les bons eximpl’s ils n’ nous ont pas manqué.
In d’vrot inscrir’ c’ produit d’ la haut’ kulture
Pour éduquer l’ génération future !
Mais, in l’ verra, nous aut’s, volag’s Français,
Aux goûts prussiens nous ne nous f’rons jamais.
In l’ z’imit’ra in faisant tout l’ contraire !
« Malheur ! nich gut ! nich gut ! Malheur la guerre ! »

Février 1918