Dur réveil chez Cafougnette !

Message d'erreur

User warning: The following module is missing from the file system: acquia. For information about how to fix this, see the documentation page. in _drupal_trigger_error_with_delayed_logging() (line 1156 of /home/cafougne/cafougnette/includes/bootstrap.inc).

Que se passe-t-il ? Tout autour de lui, les nouvelles vont bon train, on fait de spectacles nouveaux, des enregistrements étonnants, des contes pour les enfants. La vie bouge et ne cesse d’inventer, les accents se réveillent. Et notre site Cafougnette roupille ! Il est temps de réagir. Nous vous promettons pour commencer une actualité serrée, parlant de notre région et parlant du monde à c’ t’heure, furetant dans des coins imprévus et sachant sourire avec les mots de Cafougnette.

Arlève-te ! Ardresse-te Cafougnette !

Absence remarquable d’activité et de réactivité, Cafougnette s’était-il endormi ? Ça ne lui ressemble guère, il a fait semblant ! C’est ça, ch’est un calcul : muni de l’label au bois dormant il va se réveiller plein d’idées neuves, c’est sûr ! On a besoin de lui, de ses mots et de ses points de vue ! Et l’Nord comment qui va, dis Zeph ? Des Hauts et des bas ? Non, visiblement les bas, c’est fini, il ne porte plus de bas. Il n’y a plus que des hauts ! Hauts en couleur, les Hauts de France ! Avec des hauts le cœur pour ches cousins Picards ed’ la Somme : tout le monde n’est pas d’accord, mais nous voilà tertous dans une grande région, à se monter du col !

L’Zeph Cafougnette a conclu : « si demain j’enlève le bas, je l’ sais, ça va hurler… Vous voyez bien que tout ça ne tient pas debout ! » Selon lui, il n’y a pas de Hauts de France qui tiennent. C’est comme les nobles et les bourgeois : pour se croire en haut, il a bien fallu qu’ils montent sur quelqu’un ? Le dos des mineurs par exemple, ou la paye aux ouvriers, avec el’ chômage pour tout merci ! Mais alors, s’il y a du haut de France, qu’on nous dise où est le bas ? À droite ? En bas de France et à droite ? Et Calais ? On a tant insisté : pas de Calais ! Pas de Calais ! Or rien n’y fait, le problème est là ! Changez de nom, changez de capiau, saquez les casquettes ou sortez Ma Loute, haussez-vous, gaussez-vous : Calais c’est dans le Pas de Calais et Natacha1 le proclame : « ne nous parlez pas de mini-Calais » ; dans mes bras, Natacha ! Eune babache à Cafougnette ! Pas de stigmatisation camarades, Calais c’est l’Europe et l’Europe c’est nous tous !

Ici, on ne s’occupe pas de savoir quel bikini porter, ni mini, ni mono, bourki-bourka ch’est comme tu voudras, mais garde eune tiote laine quand même ! S’il y a grandes régions désormais c’est pour répartir les problèmes. Des camps de transit il en faudra, des lieux d’accueils pour tous les exilés. Et dans vingt ans, ça paraitra aussi évident qu’un toit pour ches mineurs avec un jardin d’vant ! N’oubliez pas que les premiers corons en 1825, les tout premiers corons, c’étaient des camps rien d’autre ! Des baraques en planches montées sur tas de boue et gravats ! Pour ces saletés d’ gueux de prolétaires, c’était bien assez ! Et puis, sont venus les jardins ouvriers, les estaminets, les ducasses et les RTT parce que tout ça… la paix sociale, ch’est incore du profit mais ch’est le bon !

À suivre…

On vous promet bien des articles et des belles histoires incore !


  1. Natacha Bouchard, maire de Calais, née Nathalie Keuroglanian ; oh Arménie, Arménie chérie ! Aujourd’hui, elle se trouve entre deux feux, et râle contre ceux de son camp qui stigmatisent Calais : Pécresse, Estrosi, Wauquiez, répètent « On ne va pas construire des mini-Calais partout ! » Qui qui n’en veut des pas de Calais ? ↩︎