Histoires et carabistoules

Message d'erreur

User warning: The following module is missing from the file system: acquia. For information about how to fix this, see the documentation page. in _drupal_trigger_error_with_delayed_logging() (line 1156 of /home/cafougne/cafougnette/includes/bootstrap.inc).

À cette rubrique, à lire et à écouter, on trouve de tout : des blagues et de purs poèmes, de la rigolade, des discours, des hommages aux mineurs, des attendrissements, des moqueries, des émotions et des révoltes. Tout est sorti des pages noircies par Mousseron avec – trônant au centre, mais quelle allure ! – Zeph Cafougnette, mineur à Denain, frère des vantards du Sud ou des bravaches d’est en ouest, cousin très proche de Nasreddine Hodja, clown-philosophe de la culture musulmane dont on situe les origines en Turquie vers 1200. Même innocence, même naïveté frondeuse, le but n’est pas forcément de faire rire, mais de mieux comprendre et réfléchir.

L’ pic

Tap, pic, tape !
Corn’ du diape,
T’ lame est fin’ comme un poignard.
L’ veine est dure,
T’ pointe est sûre :
Rintr’ dins l’ carbon comme un dard.

L’ guéïole

Un soir, el’ tiot Dodoph’ soupot avec ès père.
S’ tartin’ n’étot point crasse : i n’arrêtot point d’braire :
« Vettiez, pèr’, j’ai point d’ burr’ ch’est si sec qué du bos,
In avalant m’ bouchie, à m’ gassiau jé m’ fais d’ mo ! »

L’ ducasse

Biau jour dé l’ ducasse,
Té fais rir’ tertous…
T’ rinds les gins bénasses,
Quand t’es parmi nous !
Au diabl’ les escoupes,
Les lim’s, les martiaux !
In n’ compt point ses doupes
Pou rir’ eun’ bonne fos.

L’Agache

Avez-vous connu l’Agache ?
Oui, vous d’vez l’avoir connu :
I baroutot d’ l’escaillache
Avec un vieux qu’vau fourbu…

L’ docteur Boudenne

« Ej’ n’ai pas d’ chance » disot Batiss’ Boudenne
À Cafougnett’, qui saquot s’ pip’ boraine.
J’ai un gros rhume et j’ n’arrêt’ point d’ tousser
J’aboé, j’aboé comme un tchien d’ batélier.

L’ buveu d’ bière

I n’ vit qu’ pou l’ cabaret. Aussitôt qu’il y rinte,
I jett’ ses yeux su l’ pompe acolée au comptoir.
D’eun’ gross’ voix grasseyant’ i commande eun’ grand’ pinte
Et fait claquer s’ palais in attindant d’ l’avoir.

L’effet de l’ ratatoulle

Des souliers d’homm’s, troés, baillants,
Tell’mint longs qu’il li batt’nt les flancs
Et saliss’nt ses vieux bas si blancs !

S’béret, trop grand pou s’ pétiot’ tiête,
N’ laisse’ foqu’ vir s’ figur’ rond’lette,
Aussi joufflu’ qu’eun’ pomm’ reinette.

L’ terri

Berlin’ par berlin’, l’ terri d’ terre
Chaqu’ jour prind du tour et d’ l’ hauteur.
Chaq’ pallé’ d’ ménu comm’ chaqu’ pierre
Rappelle un effort du mineur.

Cafougnette in Amérique

Cafougnette, i n’y a point longtemps,
A marié l’pus vieux d’ses infants, –
Adèle, eun’ belle et gross’ fille,
El pus arvénant’ del famille.

L’ jour del’ noc’ Cafougnett’ contint
Ed caser s’ fille core assez bin,
S’met à boir’ del bière à plein’ pinte –
Il in bot tant qu’i peut in printe.

Soir d’été

Au soir, l’été, quand m’ journée alle est faite,
J’aime à m’ prom’ner dins les camps, au hasard.
Là, bin tranquill’, j’ai des biaux rêv’s dins m’ tiête.
Sans m’ fatiguer, j’y rest’ quéqu’fos bin tard.

El lumchon

Un lum’chon, quittant s’ cahute
Et voulant canger d’ log’mint,
S’in allot, s’lon s’ n’habitute,
Pian’, pian’, tout du long du qu’min…

L’ Briquet

Au fond del fosse, à l’ouvrache,
Nous, mineurs, v’là not’ festin :
Deux tartin’s plaqué’s d’ fromache
Et d’ bon burr qui guill’ su l’ pain…

Cafougnette à Ostende

I n’ d’a qui n’ont pas d’ chance. Pourquoi ? In sé l’ démande.
L’aut’ jour, quand la « Musique » alle a ‘té à Ostende,
El bon Zeph Cafougnett’, l’homme toudis dévoué,
Comme i portot l’ gross’ caisse, i-a eu s’ voyach’ payé…

L’ rétiau

L’aut’ jour, el bon Cafougnette,
L’homme in n’ peut point pus honnête,
Ouvrot comme cha inter temps,
In rêt’lant s’ blé dins les camps…

L’avaricieux

El cinsier Jean Ecrepsalière,
Ch’est un avar’, mon Dieu ! ma mère !
I n’ donn’rot point par charité
L’iau dins l’ quell’ i fait cuir ses eués…

L’ champane

Un groupe ed’ carbonniers d’vise au coin du peignon.
I-ont quièr’ s’arposer là, quand leu journée est faite.
In saquant leu longu’ pip’, ces joyeux compagnons
In dis’nt parfos des ceull’s à fair’ rire eun’ brouette…

Pauv’ Cafougnette !

Cafougnett’, dins s’ jeuness’, manquot souvint d’ conduite.
I buvot comme un tro et f’sot des dett’s partout…
Un jour, dins un café, i rintre, d’un air timite,
I n’avot pus un liard et n’étot point cor saoûl…